FacebookTwitterGoogle Bookmarks

2009 - Costa Rica, 22 Mars au 5 Avril

22 Mars: Départ de Paris, direction San Jose via Miami

Lever à 5h30, le taxi passe nous chercher à 6h30. Arrivés à CDG, nous enregistrons sans trop de difficultés. L’avion n’est vraiment pas top, pas d’écran individuel. Morgan est assis à coté d’un inconnu tandis que nous sommes installés dans l’allée centrale avec Vanessa et Yoann. Le vol n’est vraiment pas top, il tarde à nous servir à manger et l’alcool est payant… Enfin après 10h de vol, nous arrivons à Miami, je contacte Selma qui se rend disponible. Nous ne nous étions pas vu depuis que j’étais venu la voir 2 ans auparavant. Le rdv est fixé à 15h, le temps pour nous de récupérer les bagages, de les retransmettre et de passer la douane. Direction South Beach, Selma n’a pas changé, elle est toujours une Miami girl ! Nous passons par chez elle près de Lincoln Road et nous rendons dans un petit resto sur la baie. Nous faisions un peu tache dans ce décor fait de faux seins, et de maillot de bain. En tous cas, ça fait du bien de sortir de l’aéroport et c’était sympa de revoir Selma.

 




Elle nous a gentiment ramené et nous voilà reparti pour un nouveau trajet en avion. Ah j’oubliais le petit moment retrait d’argent, Vanessa et moi retirons de l’argent. Yoann lui avait pris soin de laisser son portefeuille chez Selma et Morgan malgré sa gold n’a pas pu retirer d’argent. Ah les mecs…

Arrivés à l’aéroport, Morgan a fait tous les distributeurs de l’aéroport en vain… Nous montons dans l’avion et nous voilà partis pour 2h30 de trajet agité. Nous arrivons à San Jose à 20h30 (3h30 heure française) soit presque 24h de trajet. Nous prenons un taxi orange qui nous amène à Alajuela à l’hotel« Rio Segundo » l’hôtel de Pierre (un français installé au Costa Rica qui donne de l’aide pour la location de voitures) et là un mec nous dit « lleno ».  Pierre s’est bien foutu de nous… Le monsieur nous indique un autre hôtel « Little italy » avec lequel il travaille également. Nous reprenons le taxi, arrivés à l’hôtel on se pose en attendant que la chambre soit prête. J’attends afin de passer mon entretien avec l’Australie. L’entretien se passe bien, nous verrons bien au retour. Nous passons une nuit horrible, l’hôtel était au bord d’une route extrêmement passante.

 

23 Mars: Alajuela, Volcan Poas, Volcan Arenal

Lever 5h, nous nous préparons tranquillement puis nous allons à pied à l’hôtel « Rio Segundo »pour voir Pierre. Nous arrivons, nous rencontrons plusieurs français, certains partaient d’autres arrivaient. Nous petit déjeunons, nous apprenons que Pierre ne viendra pas. Il est malade, du coup nous entamons le fromage que nous avions amené pour lui. Nous attendons un long moment pour pouvoir louer la voiture. En tout cas nous sommes surs de ne pas revenir dormir chez Pierre, rapport qualité prix trop mauvais.

Nous découvrons notre voiture : Terios un peu petit mais OK. Nous voilà partis, direction le volcan Poas, nous traversons la campagne tica, c’est très joli. Arrivés au volcan, c’était nuageux. A l’entrée elle nous fait comprendre qu’on risque de ne rien voir. Nous persistons, nous sommes cons ! Nous payons 42$ pour aller voir… des nuages au dessus d’un cratère. Nous ne voyons rien. Morgan est renommé « El gato negro » (déjà la Soufrière). Nous repartons sans rien avoir vu…

 


 

Puis nous reprenons la route vers l’Arenal. Nous déjeunons à Zarcero dans un soda, assez pourri. Nous continuons  notre trajet en traversant la Fortuna. Nous décidons d’aller à « el Castillo » car moins touristique, c’est sur l’autre rive du volcan, nous prenons notre première piste. Nous allons jusqu’au bout de la piste, nous nous renseignons dans un premier lodge mais beaucoup trop cher, nous choisissons finalement l’Arenal Vista Lodge où nous avions un petit bungalow. Nous avions une vue superbe sur l’Arenal et le lac. Nous attendions que l’Arenal perde son manteau nuageux, en vain. Nous dinons, nous étions épuisés, les filles se couchent et les mecs admirent le volcan en buvant de la bière, apparemment ils ont vu la lave.

 

24 Mars: Volcan Arenal, Lac Arenal, Bijagua, Volcan Tenorio

Lever 6h du matin, thanks to Morgan. Le volcan était presque dégagé. Nous petit déjeunons en terrasse, la vue sur le volcan et le lac est magnifique. Superbe. On se pète le bide avec des fruits délicieux : melon, pastèque, ananas, bananes plantain et fromage local. Nous nous délectons de la vue magnifique.

 


 

Nous repartons en laissant ce coin de paradis. Nous reprenons la piste en se disant qu’on ferait bien un canopy. Nous nous renseignons près de l’hôtel au skywalk mais c’était plein et cher. Nous repartons et décidons de faire le tour du lac Arenal pour rejoindre le volcan Tenorio. La route était magnifique, il n’y avait personne. Nous nous trompons et croisons une famille de singes dont une maman et son petit dans les arbres, trop mignon. Nous rencontrons également un coati.

 

 


 

Nous prenons une piste au milieu de nul part qui nous permet d’arriver à la route passant entre le volcan Miravalles et Tenorio. Splendide. Nous quittons cette piste pour rejoindre Bijagua. Nous nous arrêtons déjeuner au « Tilapia Angel », nous choisissons deux tilapias (poissons) dans le bassin. C’était délicieux, frais servis avec riz, banane plantain et salade. Je me fais avoir en croquant dans ce que je crois être une orange, en fait c’était un citron de couleur orange. En tout cas c’était très bon sur le poisson. Puis nous sommes partis en cherchant les termes que nous ne trouverons jamais. Nous nous sommes renseignés et les termes étaient de l’autre coté de Miravalles… Ca sentait un peu la loose. Nous décidons de nous rendre dans les hôtels conseillés par le lonely vers l’entrée du parc national Tenorio. Nous reprenons une piste et nous rendons au « Carolina lodge » pour voir car les prix du lonely étaient un peu élevés. Nous arrivons et sommes reçus par une amie tchèque des proprios qui nous vend parfaitement ce lodge splendide au bord du rio celeste, elle nous présente les chevaux, le jacuzzi chauffé au feu de bois et dont l’eau provenait du rio celeste. Nous tombons sous le charme, pas que du lodge diront les garçons. Nous négocions et c’est parti.

 


Le temps de boire un petit thé et nous voilà sur nos montures, le mien s’appelait Coco, celui de Yoann Sacha, celui de Vanessa Tigri et celui de Morgan : Valentino. Nous commençons la balade et là d’un coup le cheval de Yoann se lance et c’est parti. C’était génial. Balade entre jungle et prairie et entre pas et galops. Sacha était complètement fou il voulait toujours galoper, c’était marrant tandis que celui de Vanessa lui ne voulait que marcher... Superbe balade. Nous rentrons au lodge et prenons un petit jacuzzi, les garçons terminent dans le Rio. Nous dinons à 18h éclairés par la bougie. Repas typique : riz, haricot noir et viande, en dessert : « el postre de galleta de Maria con limon », nous passons ensuite une petite soirée au coin du feu. C’est le paradis.

 

25 Mars: Parc national du volcan Tenorio

 

Le temps est couvert, je cherche désespérément des toucans. Petit déjeuner avec du pain maison, du fromage, confiture de mûres, des œufs au plat, des œufs brouillés. Top. Alejandro, notre guide sonne le départ vers le parc national du Tenorio. Nous étions avec 2 autres français Zidane et sa copine (qui roulait en Toyota Yaris car conseillé par des personnes vivant au Costa Rica, ça laisse rêveur…), et deux québécois avec le bon accent. Chemin chaotique et temps mitigé mais nous étions en forme. En chemin, nous croisons un  serpent venimeux « Bush Master » ou « Matabuye ».

 


 

Nous attaquons la balade après nous être acquittés de notre droite d’entrée (10$ au lieu des 6$ inscrit sur le ticket). Balade à travers la jungle, nous croisons des singes capucinos, un bibi serpent noir et rouge. Alejandro nous montre des bibis orchidées. Premier arrêt de notre rando : la catarata del Rio Celeste (cascada), magnifique d’une couleur bleue unique. Nous devons traverser ce rio où régnait un fort courant. Vanessa est la première à se lancer derrière Alejandro et elle nous a fait l’honneur d’une belle chute toute habillée dans l’eau. Nous continuons et allons vers le prochain point : « Aguas thermales », nous nous mettons en maillot de bain et nous mettons à l ‘eau : source d’eau chaude et froide avec une forte odeur de soufre, pas très agréable... La source chaude était vraiment très chaude. Nous étions tous à l’eau sauf la québécoise. Son mec est reparti la chercher, en fait elle n’avait pas vu qu’on avait tourné. Elle est retrouvée et nous continuons notre balade au « tenidorio », point où se rejoignent 2 rios et où se mèlent la couleur orangée du premier avec le bleu celeste du second rio. Très joli. C’est vrai que le rio celeste a une couleur incroyable.

 



 

Puis nous allons voir « Borbollones » qui sont des bains bouillonnants de soufre. Nous passons à la laguna Azul, très joli également, toujours ce bleu féérique et nous avons eu la chance de voir le papillon typique du Costa Rica : Blue Morpho d’une couleur bleue irréelle. Nous finissons la rando par un look out sur le tenorio, un peu couvert. Nous repartons tranquillement et rentrons au Carolina lodge où nous déjeunons un poisson délicieux. Après une petite discussion, nous décidons de refaire une balade à cheval, je suis la seule à avoir conservé Coco. Nous avons refait le même trajet que la veille. C’était cool, nous quittons le lodge, direction le volcan Rincon de la Vieja. Nous faisons le trajet par une belle fin d’après midi ensoleillée. Nous mettons de l’essence à Bagaces, passons par Liberia puis empruntons une piste toute blanche et nous arrêtons au premier lodge sur le chemin, tenu par un européen qui nous a proposé un prix indécent, prétextant notre pouvoir d’achat fort à cause de l’euro. Fuck J

Nous nous arrêtons à Bed&Breakfast « Aroma de Campo » qui était tout aussi cher voir plus mais la femme nous a proposé de dormir sous des tentes. Nous acceptons même si derrière le matériel fourni n’était pas top. Elle n’a pas voulu nous servir à diner, car nous ne nous étions pas manifestés assez tôt mais nous étions contents de passer une nuit sous le ciel étoilé. Les garçons sont partis à un soda et nous ont ramenés des burgers ticos. Nous avons vite diné et dodo !

 

26 Mars: Parc national du volcan Rincon de la Vieja, Jaco

Lever tôt vers 5h-6h, et oui la tente familiale c’est pas le top. Nous petit déjeunons et partons pour le Rincon de la Vieja. Arrivés au poste de garde du parc national del Rincon de la Vieja, nous nous enregistrons à 8h30 et déclarons que nous faisons l’ascension du volcan, du coup nous signons une décharge. Le sentier fait 16km aller retour. Nous partons à vive allure, nous avions en tête de faire en plus une boucle de 2h (cascade, source thermale eau et boue, fumerolle). Les 6 premiers kms se font dans la jungle, nous mettons 1h30. Le chemin est agréable car ombragé, nous ne voyons pas d’animaux. Au bout des 6kms, la végétation change complètement et se dégage. Nous apercevons le sommet. Le temps était magnifique et dégagé. Là, ont commencé 2 km horribles. Deux chemins étaient possibles, nous choisissons le plus court. Commence une descente vertigineuse qui mène à une petite cascade très jolie, nous traversons le rio, puis nous entamons une ascension qui semblait ne vouloir jamais finir, végétation sèche faite de petits arbustes. Nous étions en plein cagnard.

 


 

Le paysage devient de plus en plus lunaire. Arrivés en haut, un chemin assez plat laisse entre apercevoir le but de notre rando : le sommet du Rincon de la Vieja. Le paysage était complètement lunaire. Nous  apercevons la Laguna Jilgueros d’un vert émeraude. Nous nous rendons au cratère sur un chemin assez étroit et très très venteux. Puis nous apercevons la merveille, le cratère s’ouvre grand à nous avec un lac « jaune » vraisemblablement de soufre. Magnifique. De fortes odeurs remontaient. Il est 12h.

 



 

Nous repartons, Morgan décide de faire le second cratère « Von Seeback », nous commençons la descente sans lui. Nous prenons l’autre sentier assez casse-gueule mais plus facile que l’autre (pas de corde à prendre cette fois ci…). La descente est longue, nous étions exténués. Mais ça valait vraiment le coup. Une fois arrivé, une armée de coatis se promenait. Nous repartons sans faire l’autre boucle, nous étions fatigués. Il est 14h. Nous repassons à l’auberge chercher nos sacs, les mecs en profitent pour boire une bière. Nous repartons objectif final « Jaco ». Nous nous arrêtons à Liberia pour manger au Burger King... J Liberia semble être une ville assez américanisée ce que l’on a pu apercevoir. La Panaméricaine ou Interamericana est une route assez agréable. Nous nous arrêtons en chemin pour acheter des fruits : ananas, melon, orange. Il commence à faire nuit quand nous quittons l’interamericana mais nous nous entêtons à conduire de nuit pour arriver à Jaco. Horrible, il y avait des travaux sur la route, il fallait faire des demi-tours improbables pour rejoindre notre route, on s’est fait peur. Arrivés à Jaco, ville balnéaire le touristique à mort, aucun charme. Ce sont les premiers immeubles que nous voyons. Nous faisons le tour des hotels du lonely, trop chiant, finalement on se retrouve à l’hôtel « Roblemar »qui s’est avéré être un hôtel de passe. En allant diner au Wahoo’s, on a aperçu pleins de femmes de joies… L’ambiance n’est vraiment pas saine. Nous sommes rentrés nous coucher, à part les hommes qui sont sortis un peu…

 

27 Mars: Parc National Manuel Antonio, Dominical

 

Nous prenons la route vers Dominical et décidons en chemin de nous arrêter au Parc National Manuel Antonio. Pleins de touristes !!! Nous commençons par un sentier sans charme, puis nous empruntons le sentier del Mirador. Belles vues sur l’océan, le parc a la particularité d’allier plage et jungle. Nous croisons plusieurs lézards et iguanes dont un énorme au niveau du look out final.

 


 

Nous repartons par le sentier de « las playas gemelas », nous arrivons à une plage magnifique, nous partons pour rejoindre une crique déserte. Nous prenons le sentier Puerto Escondido pensant qu’il nous mènerait à la dite crique et qui menait finalement à un endroit pas top. Nous écoutons l’idée initiale de Morgan de couper à travers bois. Ce petit détour nous a tout de même permis de voir une bête ressemblant à un castor… Nous déjeunons sur notre petite crique déserte, Morgan, Vanessa et Yoann se baignent. Il y avait pleins de bernard l’hermitte sur la plage. J’adore ! En repartant nous croisons un coati et un capucino (singe noir tête blanche). Nous continuons en prenant le « Sendera Principal » qui longeait la plage. Superbe ! Les gardes nous sifflent, il est temps de quitter le parc. Nous reprenons la voiture et nous rendons à Dominical. Route superbe bien que chaotique, parsemée de palmiers avec vue sur les montagnes.  Heureusement, un touriste arrêté nous a fait comprendre qu’il y avait quelque chose au bord de la route sur un arbre. Jackpot !!! C’était un paresseux, excellent. En plus il était assez « vif » car il s’alimentait.

 


 

Nous arrivons à Dominical qui est une ville très charmante : Roots, Reggae,  Rasta. Nous décidons d’y passer la nuit, nous cherchons un hôtel et finissons à la Posada del Sol (chambre la moins chère jusqu’à présent). Nous sortons au Rum Bar qui servait tous sauf du Rhum. Nous allons diner au Maracatu, resto végétarien, et rentrons nous coucher. Il fait chaud, très chaud…

 

28 Mars: Route à travers Uvita, Palmar Norte, Paso Real, Valle de Cotobrus, San Vito, Neily, Chacarita pour atteindre Bahia Drake.

Lever vers 7h-8h, nous rangeons nos affaires tranquilou et allons déjeuner dans le soda en face de la Posada. Nous prenons la route de Dominical en passant par Uvita, Palmar Norte et Paso Real. La route est magnifique, nous apercevons de magnifiques montagnes avec une rivière encaissée. Très très joli. Nous nous engageons ensuite dans la valle de Cotobrus. Nous sommes dans le fin fond du Costa Rica, le relief est joli et valloné... avec des palmiers… Nous passons par San Vito où nous avons croisé deux amérindiens vraisemblablement des Guyami qui jouait une musique traditionnelle sous fond de musique moderne… Nous sommes allés jusque Neily, à 17km du Panama. En descesdant sur Neily, nous avons un paysage à couper le souffle avec une belle vue sur le Panama. A Neily, nous récupérons l’interamericana, nous nous faisons contrôler par la police qui fouille succinctement nos affaires. En route vers Chacarita où nous quittons «l’autoroute » pour une piste et quelle piste… Route en très très mauvais état, nous nous sommes  perdus et avons rencontrés un paresseux sur la route, trop marrant.

 


 

Nous avons revu un Coati et un serpent bleu et rouge. Cette route nous réservait bien des surprises, passage de rivières dont une où nous étions à deux doigts d’y laisser la voiture puis en vient une autre. Horrible, un 4x4 passe et nous comprenons qu’on ne passerait pas, notre seul alternative : un point avec seulement deux troncs d’arbre un peu plus grands que les roues pour passer… Horrible. Nous arrivons à Bahia Drake, comme d’habitude nous faisons le tour des hôtels et on élit finalement domicile à la cabina Manolo, propre (50$ à4). Nous allons déjeuner vers 16h30 au Jade Mar où il retransmettait du foot : Mexique – Costa Rica, je suis partie faire un tour avec Vanessa sur la plage, trop joli. Puis nous sommes rentrés à l’hôtel pour discuter avec un guide. Nous décidons de faire deux plongées le lendemain à Isla del Cano et une rando dans le corcovado le surlendemain. Nous nous sommes couchés entre 19h et 21h.

 

29: Plongées sur l’Isla del Cano

Nous nous sommes naturellement réveillés à 6h30, nous avons pris un petit dej à la cabina : petits biscuits et thé ou café. Nous avons fait quelques provisions et sommes allés au club de plongée. Nous rencontrons Oscar le colombien et un autre mec. Ils nous donnent notre matériel avant même d’avoir vérifié nos certifs (Morgan n’avait pas le sien). Il vérifie nos certifs et deux mots de Morgan déclarant qu’il était niveau 2 suffisait. J’hallucine et commence à stresser, je demande à Oscar, le profil des plongées. Il me dit a première 60pieds =20m et la deuxième peut aller jusqu'à 100 pieds !  Je continue à stresser à mort. Ca sentait vraiment le truc pas sérieux. Je lui demande son niveau, il me répond divemaster… à checker. Je prends le bateau au summum des stress et oui on ne se refait pas… Sur le chemin nous croisons des raies. Nous commencons notre première plongée : Barco Hundido qui n’avait de barco hundido que le nom, il n’y avait aucune visibilité, nous avons passé  la majeure partie de la plongée sur du sable. Tout de même quelques bancs de poisson avec également les classiques diodons et poisson coffre.

 

 

 

Le clou du spectacle c’est quand nous nous sommes arrêtés avec Morgan et Yoann pour mater une stingray (raie torpille), en repartant nous constatons que nous avons perdu Oscar et Takashi (jap qui plongeait avec nous). Ca a bien commencé à bien bien me stresser cette histoire et je voyais déjà le besoin et l’inexistence du coffre de décompression…  Je fais signe aux mecs que je veux remonter. Morgan avait son ordi, il nous fait donc gérer notre palier. J’étais furax, le Oscar a eu son diplôme dans une pochette plastique ou quoi ? Il nous rejoint sur le bateau et nous dit en rigolant qu’il n’était pas content car il n’y avait pas de visibilité ! L L’hallucination totale ! Je me permets de lui dire clairement ce que je pense. Et il nous propose d’enchainer la deuxième plongée, j’étais moyen motivée. Nous déposons les snorkelers  sur l’Isla del Cano et nous partons pour notre second spot de burceo : « El bajo del diablo ». Il met son GPS qui ne marche pas… ma démotivation grandissait, il ne trouvait pas le site et là j’ai explosé, je lui ai dit que je ne plongerais pas, que je n’avais pas confiance et que je ne me sentais pas du tout en sécurité avec lui. Bref, je lui ai dit tout ce que je pensais. Une fois les choses dites, je me sentais soulagée et décide tout de même de faire la seconde plongée. La visibilité était un peu meilleure, il y avait beaucoup de poissons, beaucoup de requins pointes blanches dont des assez gros  autour d’un énorme rocher.

 

 

Beaucoup de bancs de poissons, de mérous, de perroquets. Ça allait beaucoup mieux, nous sommes remontés en nous disant que si le site était plus dégagé, il aurait un super potentiel.  Heureusement que nous avons vu autant de requins… Nous allons sur l’ile où nous déjeunons et allons un petit snorkeling assez pourri… Nous retournons à Corcovado, j’étais contente de rentrer et de dire au revoir à Oscar le tocard ! Nous avons retrouvé Vanessa sur la plage. Nous sommes allés boire un verre et nous sommes posés à l’hôtel pour jouer aux cartes. Diner au resto où nous avons retrouvé Takashi (jap qui faisait le tour du monde depuis 2 ans…). Il nous a fait l’honneur d’avoir une méga crise en passant devant chez nous «  I want to make a shit » J. Il est vraiment excellent ce jap. Rentrés vers 21h, il est grand temps de faire dodo, demain lever 5h.

 

30 Mars: Rando dans le Corcovado

 

Lever 5h, dur dur…

Petit déjeuner à l’hôtel : gâteau banane + fruits. Nous prenons le bateau à la plage près du club de plongée. Nous sommes 11 pour 2 guides. Nous faisons environs 1h de bateau pour atteindre l’entrée du Parc National Corcovado au poste de la Sirena. Arrivés au parc, chaque guide prend un groupe. Nous allons avec le guide Edin et Takashi se joint également à nous. Nous commençons notre rando sur la plage, ça nous fait un peu peur car 75$ pour marcher sur la plage… ça le fait pas. Le guide nous montre des traces de tapir mais que des traces. Nous marchons jusqu’à l’embouchure d’une rivière où l’on trouve parfois des crocodiles et des requins marteaux sauf que là c’est marée basse donc rien… Nous voyons des singes araignées, trop mignons, ils se faufilent d’arbre en arbre avec une aisance déconcertante, nous voyons également une énorme araignée, de jolis oiseaux, beaucoup de dindes.

 


 

Puis le guide entend des toucans, nous partons à leur recherche, le guide les entend voler, nous revenons sur nos pas et notre persévérance finit par payer ! Nous voyons 4 ou 5 toucans. Super !  Nous voyons une multitude de singes araignées puis nous voyons un autre type de singes tous petits. Encore des toucans, plusieurs blue morpho très beaux. Puis il nous montre un paresseux qui semblait mort tellement il était statique. En plus il était mouillé, ca faisait vieil animal empaillé. La balade prenait tout son sens. Nous arrivons au poste de garde de la Sirena et pour bien finir nous voyons des singes hurleurs. Il était 11h, nous étions affamés, nous déjeunons, on se pose un  peu avec takashi qui nous montre des montages sur les danses bizarres qu’il fait à l’arrivée sur chaque site qu’il visite. Il a traversé énormément de pays. Il est vraiment excellent.

 


 

Nous refaisons une petite marche pour nous rendre de l’autre côté de la plage en passant par l’embouchure d’un autre rio. Nous rencontrons une armée de Bernard l’Hermitte et revenons au point de rdv. Edin nous montre des macaos (aras rouge), volant au dessus de nous. Super joli, il nous propose de revenir marcher, nous sommes crevés et restons posés, au bout de 10 minutes, il revient nous chercher car il a vu un tapir ! Nous le suivons d’un pas décidé, nous nous enfonçons dans la jungle et nous retrouvons nez à nez avec le tapir. Trop fort.

 


 

Merci Edin, grâce à sa persévérance et à la clémence de la nature, nous avons été extrêmement gâtés de voir autant de choses. Le clou du spectacle : nous avons repris le bateau et avons vu des dauphins. Ils ont nagés et sautés devant le bateau  pendant au moins 5 bonnes minutes. Lovely J . Arrivés à Corcovado, les garcons ont accompagné Takashi au bateau car il se rendait à Sierpe puis au Panama. Puis nous avons joué aux cartes, diné, bouclé nos sacs et nous sommes couchés tot… Demain debout 5h30.

 

31 Mars: Traversée du Costa Rica de Corcovado à Tortuguero

 

Lever 5h du matin… Dur dur dur… objectif de la journée traverser tout le Costa Rica du Sud Ouest au Nord Est de Corcovado à Tortuguero… Nous reprenons la piste que nous avions mis 3 heures à parcourir à l’aller. 1er obstacle franchi avec succès : le pont, 2ème obstacle franchi avec succès : la rivière que nous avons pris cette fois à droite… Le reste était un jeu d’enfants… Morgan a bombardé comme un fou. Bilan : la piste est traversée en 1h30. Nous mettons de l’essence, achetons quelques biscuits et c’est parti pour la traversée… Nous nous  arrêtons casser la croute vers 10h non loin de San José. Nous galérons à traverser cette ville mais nous nous en sortons plutôt pas mal grâce à Yoann, direction Guapiles puis Cariari. Nous nous arrêtons à Cariari pour retirer de l’argent, Vanessa n’y arrive pas… Un vieux bizarre me demande de retirer de l’argent pour lui et il est parti une fois qu’il a vu que nous n’y arrivions pas… Bizarre, nous allons à un deuxième distributeur : rien puis un troisième toujours rien. En plus il y avait foule ! Avec Yoann nous réussissons  finalement à retirer de l’argent dans le deuxième. Nous rejoignons Morgan qui discutait avec un jeune bizarre… Nous demandons la direction pour la Pavona et c’est parti, nous sommes partis à 15h (même heure que le bus…). Nous demandons notre chemin à plusieurs reprises mais nous trouvons finalement notre chemin. Nous laissons la voiture dans un parking surveillé, buvons un verre en attendant le bus qui nous permettrait de faire le dernier km pour arriver au bateau. Dans le bus, nous retrouvons le mec rencontré à Cariari. Nous prenons le bateau de la Coopetra, on se retrouve à nouveau avec le jeune. Nous commençons le trajet, c’est magnifique, nous passons par un canal traversant la jungle, le temps est clément, vraiment super ! Tortuguero ça promet…

 


 

Nous nous mettons à discuter avec le jeune : Adolfo. Il nous parle de sa cabina, en fait il est guide, il nous parle également des tortues de la plage, de l’excursion dans les canaux… nous nous laissons tenter. Arrivés à tortuguero, nous le suivons, il nous amène à ses cabinas au bord de la mer, nous prenons une chambre à 35$. Nous finissons de négocier les tours avec lui, nous nous décidons pour la visite des tortues de nuit et le tour dans les canaux le lendemain. Il court pour nous déclarer pour la sortie du soir entre 20h et 22h auprès du parc. Il revient nous briefer (pas de caméra, pas d’habits blancs, pas d’anti-moustiques, pas de clopes…) Nous allons diner à la Lapa Verde conseillé par Adolfo : rice & beans, poulet coco, trop bons ! Nous retrouvons adolfo vers 19h50 pour notre expédition tortue. Il nous motive et nous met dans une bonne vibe. Le tout est d’avoir la foi… Nous retrouvons un guide qui a de l’expérience Juan, il va nous aider… Nous commençons la marche en file indienne, il fait nuit, une petite lune apparaît… Nous cherchons, nous scrutons et surtout il faut être dans une bonne vibe. J’ai une petite pensée pour Alain, ça me motive et me fait y croire, nous marchons 1h puis rien. Nous nous arrêtons, Juan nous fait un petit exposé sur les tortues… Nous nous apprêtions à partir quand nous voyons au loin la lumière rouge d’un autre guide clignoter (c’est leur signe pour signaler les tortues).  Nous pressons le pas, heureux à l’idée que cela se concrétise… puis le guide à la tortue refait le signe, ça voulait dire qu’elle partait. La nous nous mettons à courir. Puis nous arrivons au niveau de la tortue, elle est merveilleuse, sublime. Elle se déplace lentement en se dirigeant vers la mer puis elle change d’avis, nous nous écartons car elle remonte. Elle devait trouver  où pondre ses œufs, l’endroit idéal. J’oubliais le plus important, l’espèce de tortue que nous avions face à nous : la tortue LUTH… « la baula », la plus grande espèce du monde. Elle faisait environ  1,75m et 600kg. Impressionnant !!! Finalement elle décide que ce ne serait pas pour ce soir  et repart aussi majestueuse que quand elle s’est arrêtée. Nous repartons felices !!! Merci pour tes good vibes Alain !!!  Nous rentrons et buvons  un verre avec le guide puis nous discutons avec lui un peu de chinga et de mota. Finalement il rentre avec nous à l’hôtel et testons tous sa mota… Adolfo est vraiment excellent et a une vision très respectueuse du monde. Belle rencontre, merci !

 

01 Avril: Tortuguero & Cahuita

Lever 5h30… je commence à ressentir le manque de sommeil… enfin… Nous retrouvons Adolfo vers 5h50… nous nous dirigeons vers la lagune del Tortuguero, Vanessa part nous acheter du petit déjeuner. Puis nous prenons le canoe, les mecs rament (Vanessa et moi avons un peu testé…).

 


 

J’oubliais il pleut… cela donne un charme fou à l’endroit. Nous empruntons un premier canal large… nous voyons toutes sortes d’oiseaux : héron tigrés, lapas (espèce de perroquet qu’on entend surtout), on a la chance de voir pleins de toucans c’était vraiment trop cool. Alternance entre pluie et éclaircie, on voit des montezumas, je pense que je ne me rappellerai  malheureusement pas de tous les oiseaux que nous avons vus et de leurs noms. L’endroit est vraiment magique, la pluie rajoute un charme fou. Nous voyons notre premier caïman… trop bien. Puis elle va sous l’eau, (c’était une femelle una hambra). Adolfo fait un petit bruit particulier et là elle surgit de l’eau avec la gueule grande ouverte, c’était impressionnant…

 


 

Nous avons vu d’autres caïmans au cours de l’excursion  dont une petite famille, la maman avec au moins 6 petits, trop mignon… Nous avons vu un bazilic, lézard ressemblant à un dinosaure d’un vert pétant… nous en avons vu plusieurs… trop cool, nous avons vu un énorme iguane (gallina del palo, gallina car un coup ressemblant à celui du poulet et palo  pour le tronc d’arbre). Nous avons également vu un hagami, oiseau rare apparemment ressemblant à un héron avec des couleurs bleu vert… super joli. J’oubliais, je n’avais pas de batterie dans l’appareil donc cela restera dans la tête tout ça… puis la pluie a redoublé, nous nous sommes cachés sous un arbre où il y avait des singes araignées, ils nous jetaient des fruits, nous sommes repartis malgré la pluie, nous avons pris de tous petits canaux… vraiment super sympa puis nous sommes rentrés sur Tortuguero village et sommes allés à notre chambre pour préparer les affaires, nous avons repris le bateau pour la Pavona. Retour beaucoup plus long qu’à l’aller… niveau d’eau trop bas. Au bout de 2h nous arrivons à la Pavona. Nous avons déjeuné à Cariari puis nous avons pris la route sous la flotte pour Cahuita. Route assez longue. Nous découvrons la côte caraibe avec toutes ces bananeraies sous la pluie et la grisaille. Arrivés à Cahuita, nous faisons la tournée des hotels et nous finissons dans un hôtel pourri Cabina Palmer, 1ère fois que nous avions des chambres séparées. L’ambiance de la ville est bercée par du reggae et des rastas man partout… Peace… Nous allons prendre un verre au Cocos bar. Très peace. Nous rencontrons des québécois  sympas. Nous discutons avec eux. Nous allons diner vite fait dans un boui boui puis dodo…

 

 

02 Avril: Parc National de Cahuita - Puerto Viejo de Talamanca

Après avoir refléchi, nous décidons de quitter Cahuita. Nous prenons tout de même le temps d’aller sur la playa Blanca en entrant dans le parc national de Cahuita. C’est assez joli… Nous prenons un petit bain dans l’eau qui semble un peu plus froide que dans le Pacifique.

 


 

Puis nous reprenons la voiture direction Puerto Viejo de Talamanca, ville un peu plus animée que Cahuita avec un peu plus de restos et de boutiques. Nous tournons un petit moment pour trouver un hôtel et nous élisons domicile à l’Azania, hôtel le plus chic que nous ayons fait jusqu’à présent. Nous y mettons le prix : 125$ par nuit…. Nous avons un petit bungalow pour les 4, il y a une super piscine et un bain à remous, nickel !

 


 

Puis nous partons déjeuner au Jammin, j’ai pris un petit smoothie passion banane, délicieux !!! Nous faisons une petite mission retrait d’argent et achat d’apéro… on se fait aussi une petite mission investigation plongée et canopy… puis nous rentrons à l’hôtel pour un apéro autour du jacuzzi. Avec Vanessa, nous nous sommes couchés et les hommes sont sortis…

 

03 Avril: Puerto Viejo de Talamanca

 

Lever vers 7h30 pour voir si on plongeait. Deux problèmes : les mecs se sont mis une belle mine la veille et il ne faisait pas un temps top top. Au petit déjeuner, nous décidons de ne pas y aller. Les mecs se sont recouchés et vers 11h nous sommes partis à la recherche d’un canopy tour, un peu bredouille, nous retournons au club de plongée de la veille. Nous décidons finalement de faire 2 plongées l’après midi. Nous partons rapidement en ville et réservons un canopy tour. Nous retournons au club de plongée à Ponta Uva. Nous nous préparons cela a l’air un peu plus pro Bahia Drake. Je demande à notre moniteur Lucas une combinaison intégrale !!! Nous partons pour le premier spot : EarthQuake. Nous avons vu des langoustes et des gros crabes. Sinon RAS… Pas top top, nous retournons sur la plage chercher des bouteilles pour la seconde plongée. Nous faisons un petit coucou à Vanessa qui prenait le soleil sur la plage et nous repartons. Morgan et moi nous sommes pris de bonnes chutes marrantes sur le bateau. Second spot : Three Vulcans, plus profond mais pas grand chose non plus : langoustes, nudibranches et beaux poissons anges. Nous sommes globalement plutôt déçus de nos plongées costariciennes… En rentrant nous faisons un crochet par Manzanillo, plage de sable « blanc » épousée par la jungle. C’est joli. Puis nous rentrons à l’appart nous poser un peu… Nous retournons en ville à Puerto Viejo et dinons au Jammin où nous avions déjeuné la veille. Nous sommes rentrés tôt, nous étions épuisés.

 

04 Avril: Puerto Viejo de Talamanca / Poas

Lever vers 7h15, nous emballons toutes nos affaires car nous devions rendre la chambre avant le canopy. Petit déjeuner  puis départ pour le canopy tour. Nous prenons un 4x4, nous étions 6 plus le chauffeur mais pour le canopy nous devions être 22… Le canopy était dans la jungle en direction de BriBri. Nous arrivons, nous recevons un petit briefing et c’est parti, il y avait environ 23 plateformes et environ 15 descentes en tyrolienne. C’était sympa mais sans plus. En plus les guides profitaient de nous harnacher pour avoir les mains un peu baladeuses… RRRrrrr . Les garçons ont vu un paresseux mais sinon RAS… Nous sommes retournés au point de départ. Nous avons bu un petit verre d’eau  et mangé de l’ananas ainsi qu’un fruit local visqueux et délicieux. Le guide nous a déposé à l’hôtel et nous avons pris la route direction le Poas, again, c’était notre dernière chance… La route était chiante… En arrivant à 2km du Poas, nous sommes allés à Lagunillas lodge perdu dans la montagne où nous avons eu un petit bungalow genre chalet…

 


 

Les mecs galèrent à allumer le feu… et oui nous avons une cheminée… La technique ultime, le déo de Morgan que nous avons terminé afin d’obtenir une flamme. Ca a marché le feu a pris mais franchement c’était dangereux… Nous sommes allés diner vers 19h. Très bon repas maison : bifteck poulet riz papas salade. Puis nous sommes remontés, nous nous sommes mis au coin du feu. Les mecs se sont improvisés bucheron, sur le chemin (que Morgan faisait en claquettes, il a failli tomber une bonne cinquantaine de fois…), ils ont récupéré du bois  dont une énorme buche que Yoann a commencé à scier et que Morgan a fini au pied.  Nous nous sommes couchés pour la dernière fois au Costa Rica. Il faisait très froid, il y avait des araignées…

 

05 Avril: Poas/aéroport de San Jose/Paris

Jour du départ. Lever vers 6h40, nous nous préparons et faisons notre sac pour la dernière fois. La vue que nous avons de l’hôtel est magnifique, le temps est dégagé. Départ vers 7h30, nous reprenons la merveilleuse piste puis nous nous dirigeons au Parc National de Poas, nous arrivons en avance, nous attendons à l’entrée. Le personnel du parc arrive, nous nous acquittons de notre droit d’entrée, nous sommes les premiers. Nous marchons à vive allure vers le Volcan. Nous connaissons bien le chemin puisque nous étions déjà venus… Nous arrivons à l’entrée du cratère et observons le fameux volcan qui s’est laissé tant désirer. Le volcan nous a un peu déçu, il n’avait pas la couleur bleue verte à laquelle nous nous attendions, c’était blanc jaune lié au soufre.  En fait c’était moins impressionnant que le Rincon que nous avions mérité après 6h de marche… Mais bon la boucle est bouclée. Nous avons fini notre voyage sur le Poas que nous n’avions pas pu voir le premier jour. Nous repartons assez vite, nous devions retourner à Alajuela pour rendre notre voiture.

 


 

En route, il y avait une course cycliste. C’était du grand n’importe quoi… Les cyclistes roulaient à droite à gauche, nous devions slalomer…  Nous arrivons à Alajuela, nous nous perdons un peu et finissons par trouver l’agence. Le monsieur vérifie la voiture et nous ramène à l’aéroport avec. Arrivés à l’aéroport, nous faisons quelques emplettes et j’ai acheté touk touk le toucan J. Direction Miami puis Paris…

 

PURA VIDA

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir