FacebookTwitterGoogle Bookmarks

2011 - Jordanie, 2 au 12 septembre

2 septembre : Départ de Paris, direction Madaba

Départ 12h15 de CDG, nous arrivons en avance à l’aéroport et attendons patiemment. Je suis exténuée par le retour la veille de Toronto… Nous prenons la compagnie Royal Jordanian  qui est tout à fait correcte. Environ 4h20 de vol, à l’arrivée nous survolons Israël et la Jordanie en apercevant la Mer Morte ainsi que des paysages arides et montagneux. Descente de l’avion, je fais du change pour pouvoir payer le visa en dinar jordanien (20JD), nos bagages arrivent rapidement. Nous allons chez Europcar récupérer la voiture, nous recevons un peugeot 107, tout à fait correcte. Le loueur nous fait un plan pour aller au Black Iris à Madaba. Nous partons, premier arrêt pour mettre de l’essence (la voiture est vide…), oups ils ne prennent pas la carte, tant pis. Nous arrivons à l’hôtel sans trop d’encombres, nous nous reposons une petite heure avant d’aller découvrir la ville. En ville, nous essayons de retirer de l’argent , je n’y arrive à aucun guichet. L’angoisse monte…, en plus c’est le weekend ! Nous allons au resto Bawabit Madaba en se disant que nous verrons bien si la carte passe… J’étais stressée pendant tout le repas, car le manque d’argent pouvait bien nous bloquer… Nous prenons tous les deux du poulet, recette qui n’avait pas l’air très local, nous demandons rapidement l’addition, c’est le moment fatidique. Ils nous ont offert thé et café, finalement mon paiement est passé. Nous rentrons à l’hôtel pour enfin dormir, le gars de l’hôtel nous rassure en nous disant que le bureau de change sera ouvert le lendemain à 10h… cela nous demande une petite reconfiguration de programme J

 

3 septembre : Jerash/Ajlun/Mer Morte

Nuit bercée par la voix du Muezzin, petit déjeuner vers 8/9h et préparation avant le départ. Nous changeons de l’argent et c’est parti pour Jerash,  nous trouvons le site sans trop de difficultés (Madaba – Jerash : 1h), on se croirait presque à Rome avec une chaleur un peu plus étouffante. Les sites que nous avons préféré sont les théâtres ainsi que le forum, le temple de Zeus.

 

 

 

Nous sommes restés environ 2h. Puis j’ai eu la grande idée de faire une boucle pour ne pas refaire le même trajet qu’à l’aller. Nous repartons donc vers Ajlun dans la cacophonie de la ville. Nous avons faim et décidons de nous arrêter manger un chawarma avant d’arriver à Ajlun. Trop bon ! Le monsieur nous a même donné des falafels et des morceaux d’agneau. En tout cas nous en avons pour 5JD à 2 soit environ 5euros. Nous repartons vers le château d’Ajlun que nous contemplons de l’extérieur. Puis nous repartons vers Kufrinjah à travers les montagnes, le panorama en arrivant sur cette ville est superbe. Nous nous perdons à Kufrinjah et nous demandons vraiment si c’était vraiment une bonne idée de faire la boucle… Nous sommes lancés et demandons donc le chemin vers El balawina, les jordaniens sont plutôt cool pour expliquer les directions. Nous reprenons la route et tombons sur un poste de police avec mitraillette et tout et tout… RRRrrrRRR. L’angoisse monte, ça me stresse, nous traversons des paysages de montagnes désertiques. Magnifique ! Nous reconnaissons les rives du Jourdain, ouf la délivrance n’est plus très loin. Nous longeons le Jourdain pendant un moment. Nous nous dirigeons vers la Mer Morte. Cette partie du pays est un peu plus verte. Nous trouvons facilement notre chemin pour la Mer Morte, c’est fou ce lac ! Nous nous arrêtons au Amman Tourist Beach, qui est blindée de locaux et bourkas…RRRrrr. Nous avons voulu nous la jouer cheap… Je met une éternité à me changer et je décide de me baigner avec le maillot de foot de Yoann. C’est tout de même très drôle de flotter de cette façon, cela nous a moins brulé qu’au Lac Rose (Sénégal).

 

 

 

Pour la douche, je préfère passer mon tour, trop chiant. Nous remontons dans la voiture pour aller voir le coucher de soleil depuis le Dead Sea Panoramic Complex. La route est belle et nous assistons à un magnifique coucher de soleil sur la Mer Morte avec en face Jerusalem. Du coup, nous terminons le trajet de nuit, Yoann m’impressionne, il retrouve son chemin pour l’hôtel comme un chef. Nous débrieffons avec le mec de l’hôtel. Nous lui racontons l’anecdote de la pompe à essence. Et oui le matin avant d’aller à Jerash, nous allons faire de l’essence, ça faisait 28,5JD, je donne 40JD, le monsieur me rend 7 en me disant que le reste c’est le pourboire, j’essaie de me faire expliquer, il ne parle pas anglais. Je laisse tomber et suis assez énervée. Le mec de l’hôtel nous confirme qu’on s’est bien fait avoir et que c’est typique des «égyptiens » travaillant dans les pompes à essence. Nous prenons une bonne douche, puis nous sommes sortis diner dans un boui boui au sandwich à 0,5 JD : imbattable. Nous en prenons 2 chacun à emporter, nous nous arrêtons dans une boulangerie et achetons quelques douceurs. Nous dinons à l’hôtel.

 

4 septembre : Mont Nebo, Wadi Mujib, la route des Rois, Dana

Réveil 7h30. Dur dur… Nous allons petit déjeuner et empaquetons nos affaires. Nous allons à la bank of Jordan, ma carte ne passe toujours pas au distributeur! RRRrrr, nous faisons la queue au guichet et ils nous confirment qu’ils ne prennent  pas la Mastercard : reRRRrrrr. Nous changeons 350 euros qui nous rapportent 355 JD (un peu mieux que l’autre bureau de change). Ils nous conseillent une autre banque AHLI mais le « ATM » avait l’air fermé, nous abandonnons l’idée de retirer de l’argent, nous verrons à Petra. Nous nous dirigeons vers le Mont Nebo, la route est très jolie, à tel point que nous ratons le Mont Nebo. Nous faisons demi- tour et nous nous affranchissons de notre droit d’entrée à 1JD/pers. Il y a pas mal de groupes mais la vue est superbe… Nous repartons direction la Dead Sea, route magnifique qui nous remonte tout de même assez haut sur la Mer Morte, nous la longeons jusqu’au Wadi Mujib bridge et nous arrêtons au Visitor Center. Nous nous dirigeons vers le Mont Nebo, la route est très jolie, à tel point que nous ratons le Mont Nebo. Nous faisons demi- tour et nous nous affranchissons de notre droit d’entrée à 1JD/pers. Il y a pas mal de groupes mais la vue est superbe… Nous repartons direction la Dead Sea, route magnifique qui nous remonte tout de même assez haut sur la Mer Morte, nous la longeons jusqu’au Wadi Mujib bridge et nous arrêtons au Visitor Center.

 

 

 

Nous nous inscrivons au Siq Trail qui longe le Canyon (16JD/pers), ils nous prêtent des gilets de sauvetage, nous enfilons nos superbes chaussures de marche dans l’eau  et c’est parti ! Le trajet est superbe, nous avons les pieds dans l’eau dès le départ, le Canyon est magnifique, nous ne sommes pas seuls mais profitons bien du lieu. Quelques points un peu délicat sur le parcours : grimper le long de petites cascades avec des cordes, il y a 3 ou 4 passages comme ceux là, les locaux nous aident, ambiance très sympa. Nous arrivons à la fin du trek sur une grande cascade (c’est un peu plus babylone), nous immortalisons le moment avec un local (Jamal) et ses amis, nous prenons des photos d’eux. Nous faisons le trajet inverse en les suivant, ils nous montrent comment prendre les cascades en toboggans, c’est trop cool. Franchement c’est une  super rando, l’eau est chaude contrairement à ce que nous aurions pu croire. Nous retournons à l’entrée, nos clefs de voiture nous sont rendues. Nous nous changeons et c’est parti. Nous revenons sur nos pas car nous ne voulions pas rater la route des rois.

 

 

 

 

Nous reprenons donc le chemin le long de la Mer Morte vers le Nord et prenons la transversale vers Madaba que nous quittons rapidement vers Mukawir. Les paysages sont encore une fois incroyables avec d’énormes descentes et montées, franchement c’est très très beau, nous passons à côté des sources d’eau chaude de Hammamat Ma’in. Nous n’avons pas le courage de faire la petite rando finale pour monter au sommet du Mukawir. Nous repartons, passons par Libb, Dhiban, nous espérions trouver à manger en vain… Nous achetons un petit paquet de chips, ce n’est pas gagné. Nous repartons et à l’approche de la vallée du Mujib, les paysages deviennent totalement incroyables, superbes, splendides. Nous apercevons le barrage du Mujib avec une eau d’une couleur bleue intense qui se démarque de la couleur sable de la roche. Nous entamons la descente puis remontons. En remontant, nous croisons un petit « café restaurant » : le grand Canyon. Yoann qui est affamé, s’arrête, la vue est superbe. Sami apparaît et se met tout de suite à nous tchatcher, nous sommes sur la défensive. Ils nous montrent ses toilettes incroyables donnant sur la vue magnifique. Ils nous présentent ces amis/familles, il nous sert thé, café et petits gâteaux. Je reste assez méfiante et me demande bien quelle note salée il va nous sortir… mentalité d’occidentaux L… Sami nous raconte sa vie, son ancien métier dans l’US Air Force, sa femme décédée, son envie de monter un campement. Petit à petit, je me rends compte que cet homme est juste très accueillant, et je gâchais ce pur moment à cause de ma méfiance. Nous lui demandons combien nous lui devons et il nous répond que c’est gratuit. J’essaie maladroitement de lui dire que nous ne sommes pas habitués à autant de gentillesse « gratuite », il m’a répondu que la beauté du cœur est plus importante que tout l’or du monde… Il nous dit être heureux d’échanger avec nous, il nous conseille un endroit pour camper à Dana et nous laisse même un mot en arabe pour son ami.  Nous immortalisons ce moment. Je me sens très gênée de ne pas avoir plus profité de ce pur moment d’hospitalité et de gentillesse.

 

 

 

 

Après quelques hugs, nous revenons fort de cette nouvelle expérience. Nous repartons, passons par Kerak et son château, le soleil commence à tomber, les couleurs sont magnifiques. Nous continuons vers At Tafila, on se refait un petit moment essence où forts des conseils du mec de l’hôtel de Madaba, nous disons que nous voulons pour 15JD d’essence. Le mec papote avec Yoann qui comprend que le mec vient de Belgique alors qu’en fait il vient d’Egypte… c’est drôle.  Le mec arrête de remplir quand le compteur arrive à 15litres et non 15 JD en essayant de nous dire que c’est bon. P… d’égyptiens ! Nous insistons et il remplit jusque 14,3 JD. Ok nous nous sommes tout de même améliorés. Nous reprenons la route, nous passons à nouveau à travers le paysage incroyable du Wadi Al Hasa, nous prenons quelques photos, c’est vraiment très joli. La route des rois  tient vraiment toutes ces promesses. Puis nous revenons sur des routes plus classiques, traversant des villages plus ou moins animés. Nous traversons la grande ville d’At Tafila et continuons vers Dana. Nous hésitons à aller au Rummana Camp Site mais décidons finalement d’aller au Dana Village : village à moitié en ruines suspendu en haut d’une falaise. Nous nous renseignons au visitor center qui nous explique un peu les randos existantes. Nous choisissons l’hôtel Dana dans lequel il ya un groupe d’allemands. Ils nous proposent une chambre pourrie et nous demandons à dormir sur le toit. Ils acceptent. Cool. Cela nous coute 10JD/pers (diner inclus). Nous discutons avec l’allemand du groupe religieux puis avec 2 belges/flamands qui voyagent sac à dos pendant 3 semaines. Nous avons le droit à un super diner : pommes de terre, riz, chou fleur, aubergine, poulet, boulette de viande, salade, pain…. Trop bon ! Puis nous nous posons pour boire un thé, bouquiner. Que va donner notre nuit sur le toit ? Artung ! Un CAUCHEMAR : Impossible de dormir avec tous ces moustiques, l’HORREUR. A 2h30, nous sortons de la tente, dehors il y a du vent, on se sent mieux. Les mecs de l’hôtel ont pitié de nous et prononcent le mot magique de moustiquaires ! Nous capitulons et allons dormir dans une chambre. Quel soulagement.

 

 

 

 

5 septembre : Dana/ Petra

Nous nous réveillons vers 9h, fatigués mais soulagés, Yoann a pleins de boutons de moustiques, le pauvre. Nous petit déjeunons tranquilles et quittons Dana vers 10h pour aller marche un peu au nord du village. Nous cherchons une source que nous ne trouverons jamais.  Nous marchons sur un pseudo sentier, le panorama est beau. Nous repartons vers le Rummana Camp et allons à la Tower View. Les paysages sont surprenants, nous apercevons le camp, ça à l’air top. Un petit regret mais bon.  Nous prenons une navette qui nous ramène au camp. Un monsieur nous accueille et nous propose plusieurs treks. Nous décidons de faire le trek autour du camp. C’est très sympa avec de belles vues. Les cairns ne nous ont pas vraiment permis de suivre le chemin. Nous retournons au camp et discutons avec le monsieur qui nous dit qu’ici il n’y a pas de moustique… L En tout cas je conseille vivement le Rummana Camp site, ça doit être top. Nous reprenons la route vers 13h direction Petra que nous atteignons rapidement. Vers 14h nous arrivons à Wadi Musa, nous allons à la banque, c’est définitif ma carte ne passe pas et ne passera pas ! Yoann essaie avec sa carte cassée et ça marche ! Victoire ! Nous allons déjeuner à Al Wadi et partons chercher l’hôtel Petra Sunset Hôtel. Ils ont de la place, cool. Nous prenons une chambre à 25 JD. Nous prenons une petite douche et faisons une petite sieste. Vers 20h, nous allons diner à Wadi Musa à pied. Nous dinons à Al Arabi, Yoann prend un chawarma poulet + 1 Kebab, je me contente d’un chawarma. En rentrant nous passons à la boulangerie pour acheter des pains et des gateaux secs pour le pique nique du lendemain. Nous rentrons tranquilles à l’hôtel, nous devons nous coucher tôt car demain nous attaquons Petra !!!

 

6 septembre : Petra

Réveil 6h ! Dur dur. Une grande journée nous attend. C’est de Petra que nous est venue cette idée de Jordanie. Nous allons au petit déjeuner que nous trouvons sommaire, nous prenons quelques « vache qui rit » pour notre pique nique. Nous nous équipons, c’est parti pour une belle journée. Nous allons au visitor center nous acquitter de notre droit d’entrée : 55JD/pers pour 2 jours, c’est un peu gonflé. Nous attaquons la marche, nous sommes sollicités pour faire de la mule chétive… non merci puis nous arrivons rapidement au Siq. C’est très beau, un canyon sans eau. Nous sommes quasiment seuls, ce qui est fort appréciable. Puis nous arrivons  au premier joyau : le Kazhneh, SPLENDIDE. Très peu de monde, nous avons pu en profiter pour prendre quelques photos. C’est vraiment impressionnant. Nous restons un moment à l’admirer.

 

 

 

Puis nous enchainons avec le tour habituel passant par la rue des façades (beaucoup de tombeaux), certains avec des dégradés de couleurs hallucinants. Beaucoup de bédouins avec leurs mules ou dromadaires, des magasins, des toilettes… ça ne gâche pas la beauté du paysage. Nous passons devant le tombeau d’Aneishu, ainsi que le théatre royal (dont la vue sera beaucoup plus impressionnante en hauteur). Nous passons ensuite par les Tombes Royales, c’est splendide. Le tombeau à l’urne est celui qui m’a le plus marqué.  Nous avons ensuite bifurqué à droite après le tombeau palais vers le trail du haut lieu de Djebel Al Khubta, ça grimpe dur dur.

 

 

 

L’objectif de ce trail est d’avoir une superbe vue d’en haut du Khazneh. Nous avons bien crapahuté, il est9h40 quand nous arrivons à la fin du trail. Nous profitons de la vue et surtout de l’ombre pour se rafraichir et se restaurer. Nous repartons vers le chemin normal en montant d’abord vers l’église byzantine connue pour ses mosaïques puis nous redescendons pour emprunter le cardo maximus (axe principal). Nous nous rendons au grand temple assez impressionnant où une femme à essayer de nous refiler des vraies ou fausses pièces de monnaie, les allées se remplissent et les bédouins sont de moins en moins « jordaniens ».

 

 

 

 

Nous sommes exténués, le soleil tape très très fort. Nous nous arrêtons au Quasr El Bint, Yoann nous concocte des sandwichs « Vache qui rit » : super ! Nous en profitons pour nous poser un peu. Nous repartons et allons voir le château en ruine, nous allons ensuite au second point fort de Petra : le monastère Es Deir. Ca grimpe, ça grimpe… Nous sommes beaucoup sollicités pour monter sur des mules mais nous privilégions nos pieds. Es Deir n’est pas comme le Monastère, cela se mérite ! Sur le chemin, nous passons par le biclinium aux Lions. Après une bonne marche sous le cagnard, nous arrivons enfin devant le majestueux monastère qui ressemble au Khazneh en beaucoup plus imposant et un peu d’élégance en moins, quoi qu’il en soit c’est un énorme coup de cœur. Nous allons nous poser dans un salon bédouin sous la roche, Yoann prend un jus de citron menthe fraiche. Puis nous retournons crapahuter un peu pour aller voir des look out, sympas, mais après toute la beauté de la journée, nous devenons difficile. Nous nous trouvons un petit endroit calme à l’ombre pour admirer le monastère.

 

 

 

Nous sommes fatigués, vers 16h/17h nous entamons le retour, tant pis pour le coucher de soleil. Nous faisons le chemin retour tranquillement en admirant toutes ces beautés, ils sont forts ces nabatéens. Arrivés à l’entrée, nous essayons de négocier un guide pour le lendemain, cela semble compliqué, le mec nous annonce des prix hallucinants dans les 120 JD… Nous partons, nous verrons demain… Nous mourrons d’envie de manger une glace, nous ne nous privons pas et allons chez Movenpick. Ca fait du bien. Nous rentrons à l’hôtel et prenons une bonne douche. Nous nous posons un peu et allons diner pizza/pates, puis en rentrant nous gravons nos photos sur un DVD. C’est l’heure du repos…

 

7 septembre : Petra et route pour Aqaba

Lever 7h15, c’est un peu la grasse matinée. Nous faisons le check out de l’hôtel, achetons de l’eau et c’est parti pour notre jour 2 à Pétra. Nous allons jusque l’entrée et discutons avec un monsieur pour avoir un guide. Le mec nous propose un prix exorbitant de 70JD pour faire la rando du Madras qui n’est pas plus loin que le chemin normal. Le ton monte un peu tout en restant correcte, nous décidons d’entrée sur le site sans guide. Nous sommes encerclés par les touristes (comme nous) dans tous les sens, des groupes et encore des groupes. Au secours ! Nous arrivons à l’entrée du Siq, nous nous sentons un peu penauds… J Nous réagissons vite et allons discuter avec un mec à la buvette qui connaît évidemment une personne qui peut nous accompagner le long du Madras. Il nous sert gentiment un thé, nous négocions pour le « guide » : 30JD. Et c’est parti, nous empruntons un sentier qui contourne le siq par El madras. C’est trop joli, les montagnes ressemblent à de gros champignons assez différents des autres montagnes de Petra. Le sentier est superbe. Le guide marche à un bon rythme.  Au bout d’un moment nous croisons du monde, nous redescendons dans le canyon et apercevons le Khazneh, c’était quasiment la même vue qu’après le sentier Djebel Al Kubta.

 

 

Nous avons fait un très joli lookout sur Petra. Nous négocions d’ajouter au trek le sentier Wadi El Mataha + le Wadi Al Mudlim. Nous reprenons la rando vers le haut lieu du sacrifice d’où la vue sur la ville basse est magnifique.

 

 

Nous nous posons pour boire du thé avec un petit et repartons. Nous descendons au niveau des Tombes royales que nous gravissons. Nous contournons à nouveau le tombeau à l’urne et le tombeau palais, nous entrons dans le Wadi Metaha assez large, des bédouins y vivent c’est assez surprenant. Les couleurs sont splendides, le Wadi Metaha donne sur la droite sur un wadi plus étroit : le wadi Al Mudlim. La balade devient beaucoup plus sportive, nous gravissons des roches dans un canyon somptueux. C’est très beau. Au final, il n’y avait pas beaucoup de risques de se perdre sur cette rando là, mais nous ne regrettons pas de l’avoir fait avec un bédouin. Nous continuons le long du Wadi pour apercevoir le tunnel signe de la fin de la rando.  Le guide nous propose de nous ramener à cheval mais nous déclinons sa proposition et retournons à pied en ville. Nous lui donnons finalement 60JD pour son supportJ.

 

 

Nous rentrons exténués à la voiture. Nous rejoignons Aqaba en 1h30 en passant par At Tayba, basta, Wahida, Al Muraygha et en prenant l’autoroute du désert qui porte bien son nom. Nous nous perdons à l’arrivée car nous n’avons pas suivi Aqaba city. Nous perdons 30 minutes, nous retrouvons le chemin vers South Beach, nous nous arrêtons au Visitor Center et là un mec bizarre nous accoste, il veut qu’on fasse du snorkeling avec lui. RRRrrr, nous essayons de nous débarasser de lui et allons au visitor center qui sont franchement un peu neutres en terme de conseils. Nous partons vite fait, quelques mètres plus loin, nous voyons des signaux vers les clubs de plongée. Nous conservons notre première idée d’aller au Arab Dive Center, nous sommes très bien accueillis, ils nous proposent 150JD pour 4 plongées (2/pers) et 2 nuits. Nous sommes séduits J. Nous leur expliquons que nous voulons faire du snorkeling, ils nous proposent de nous emmener avec des personnes qui vont faire de la plongée. Nous passons à la chambre qui est top, c’est la meilleure que nous ayons eu du séjour. Nous allons donc faire notre snorkeling et voici notre premier contact avec la Mer Rouge. Nous avons vu poissons, coraux, le plus drôle est cet énorme Tank coulé sous l’eau. Nous prenons un bon bain de soleil. Nous retournons à l’hôtel. Nous dinons un bon hamburger poulet avec des frites (nous n’avions pas mangé le midi !). Nous nous couchons tôt, crevés.

 

8 septembre : Aqaba et ses plongées

Lever vers 8h tranquille, nous petit déjeunons un super petit déjeuner : omelette, vache qui rit, confiture, pain. Miam Miam. Nous nous préparons pour aller plonger. Nous allons sur la plage (plage du visitor center), nous équipons nos bouteilles, il faut traverser la plage pieds nus ! L Les autres ont tous des chaussons, nous comprenons mieux pourquoi le guide insistait pour savoir si nous voulions vraiment conserver nos palmes perso ! La mise à l’eau se fait donc de la plage. Le premier spot visité est le Cedar Pride Wreck, lors du débrief je n’ai pas du tout compris qu’il s’agissait d’une épave. Nous commençons la plongée sur des coraux sympas, j’aperçois mon premier poisson lion que je m’empresse de montrer à Yoann. Nous continuons sur de beaux coraux et de beaux poissons puis nous arrivons sur cette énorme épave ! Impressionnant ! Nous la contournons, nous avons limite une sensation d’oppression de voir un tel engin dans l’eau. Au détour de l’épave, nous voyons un majestueux poisson lion ! Super ! Nous continuons la plongée, malgré moi j’ai angoissé Yoann qui ne me voyait plus car j’étais au dessus de lui. Pardon ! Je suis redescendue dès que j’ai compris qu’il ne me verrait pas. Nous terminons cette plongée qui était riche en émotions et en rencontre. Nous retournons à la plage, nous déséquipons le matériel et rééquipons dans la foulée. Nous enchainons la deuxième plongée. Nous nous reposons un peu et c’est reparti. Nous nous brûlons à nouveau les pieds avant la mise à l’eau et c’est toujours aussi casse gueule. Cette fois ci nous allons découvrir le jardin japonais.

 

 

 

 

L’inconvénient c’est que nous avons dû traverser un grand banc de salade. Le spot est joli, beaucoup de poissons et de coraux mais je trouve que nous ne sommes pas restés assez longtemps. Les deux plongées ont été vraiment sympas. Nous rentrons crevés à l’hôtel. Nous avons discuté avec un français Phil iforme J et d’autres groupes. Ces personnes nous ont convaincus qu’il ne fallait pas rester 3 jours au Wadi Rum… J’appelle le guide pour le prévenir que nous ne ferons que 2 jours et en profitons pour réserver une plongée supplémentaire le lendemain matin. J Nous déjeunons à 16h, nous nous posons dans l’hôtel et admirons le coucher de soleil. Nous nous reposons dans la chambre et allons diner.

 

 

 

 

9 septembre : Aqaba/ désert du Wadi Rum

Lever 8h, nous faisons le checkout de l’hôtel et nous préparons pour la plongée. C’est parti pour le tank (celui vu l’avant veille en snorkeling). Le tank est plein de poissons lions. Trop beaux… du coup nous sommes restés un moment, le tank est totalement habité.  Nous continuons et  nous retrouvons au milieu d’une quantité impressionnante de coraux, de poissons, de bibis némos, de poissons pierre ! Plongée vraiment géniale. Nous rentrons vers 12h au club, nous nous douchons dans les douches des serveurs.  Nous quittons Aqaba vers 13h, nous nous perdons à nouveau un peu en se retrouvant à 5km de la frontière saoudienne. Nous arrivons au Wadi Rum vers 14h10. Des hommes nous sautent dessus, évidemment je suis méfiante et appelle mon contact Mahmoud (c’est la seule activité prévue depuis la France). Je m’agace un peu, puis son « correspondant », notre futur guide Salem vient nous chercher. Nous passons sans prendre l’entrée et sommes allés prendre un thé chez Salem. Nous allons jusqu’à la Lawrence d’Arabie Spring. Rien à voir à part le beau panorama.  Salem nous indique où marcher, nous repartons avec Yoann vers le Djebel Khazali, nous marchons tous les deux au milieu de nulle part, c’est joli. Nous arrivons à  un camp et décidons d’aller marcher dans le siq. C’est très beau. Nous retournons au camp et buvons un thé. Nous repartons à pied vers une arche mignonne que nous gravissons. Nous remontons en voiture pour aller admirer le sunset.  Salem nous propose à nouveau de marcher, je suis assez hésitante mais bon nous nous lançons avec ces explications. Bilan, il fait quasi nuit noire, nous ne trouvions pas le camp. Rrrrr. Finalement Salem est revenu nous chercher avec son 4x4. Nous arrivons au camp, l’inconvénient d’être dans un camp c’est que les toilettes sont en durs et franchement ça pue et les lieux ne donnent pas envie.

 

 

 

 

Bref, nous nous posons et dinons un maglouba. J’essaie de prendre l’exemple sur eux et j’ai mélangé la salade et le riz. Très bon. Le fossé de la culture et de la langue est trop grand. Salem est là avec son frère et son fils (un de ses 10 enfants, 6 avec la première femme et 4 avec la deuxième). Après cette première soirée, le sentiment est mitigé. Nous nous couchons, les mecs se mettent à l’écart, notre ami le renard vient nous rendre visite. Puis nous nous couchons, il fait bon, le ciel n’est pas encore étoilé à cause la pleine lune mais pendant la nuit, c’est magnifique. Bonne nuit malgré plusieurs réveils.

 

 

10 septembre : Désert du Wadi Rum

Lever avec les raclements de gorge de Salem. Nous petit déjeunons très sommairement. Franchement pas top. Nous enchainons la marche avec le frère de Salem, et oui Salem nous a prévenu qu’il ne pourrait pas être là. Nous ne partons pas dans le sens que m’a indiqué Salem et le problème c’est que son frère Motcla ne parle pas anglais Je commence à essayer de me faire expliquer mais nous ne nous comprenons pas et je lâche prise. Nous allons sur une immense dune magnifique. Il nous emmène voir des inscriptions qu’il ne sait pas expliquer, l’intérêt est vraiment limité. Nous marchons jusqu’au Siq Al Burrah (Canyon), nous nous y engageons seuls avec Yoann, ils nous donnent rdv 1h30 plus tard. Le problème c’est que nous attaquons cette marche vers 11h30 en plein cagnard. Du coup vers 12h30, nous n’en pouvons plus et faisons demi-tour. Ils ont eu la bonne idée de nous rejoindre dans le canyon, nous les retrouvons à l’ombre pour le lunch. Alors la lunch box, no comment : 1 boite de thon, 1 tomate (à moitié pourrie), un concombre à 2, 1 banane pourrie et des biscuits. Franchement nul ! Nous étions fatigués, et faisons donc une petite sieste. Nous nous réveillons vers 15h30 et redécollons vers 16h30.  Une bonne pause bédouine.  Nous avons marché jusqu’au coucher du soleil traversant des paysages variés avec des champignons.  Ah j’oubliais, une jeep nous a suivi toute la journée et qui la conduisait : le fils de Salem de 8 ans…

 

 

 

Nous arrivons au bivouac qui est top : bivouac sauvage sous les montagnes. Nous commençons par un thé, entre temps Salem et un autre de ces fils nous ont rejoint. Puis nous débriefons, Salem nous réexplique qu’il ne sera pas là le lendemain.  Motlak sera encore le guide et l’autre fils ramènera la jeep. Salem et le « 1er » fils rentre au village ce soir. Il nous explique le trajet pour le lendemain.  Nous dinons un autre plat typique jordanien : « Sinia ». Super bon. En tout cas pour les diners c’est top. Nous nous couchons et là c’est le drame, il y a des moustiques. Malgré un changement de place, nous sommes harcelés toute la nuit. En plus la lune est restée haute donc pas de super ciel étoilé… L


 

 

11 septembre : Désert du Wadi Rum/Madaba

Lever 6h, nous réveillons Motlak et le petit… Ils préparent le thé et le « petit dej ». Le petit nous apprend qu’il est pressé car il doit aller à l’école… Ah c’est pour ça qu’aujourd’hui nous n’avons pas la jeep. Nous marchons avec Motlak, nous allons jusqu’au Burdah bridge que nous voyons de très très très loin et entamons un long périple vers Um Fruth. Le décor est superbe, sable allant du blanc au rouge. C’est vraiment très beau. Arrivés à Um Fruth, il y avait 2 français sur l’arche. Nous discutons avec eux, ils ont l’air sympa. Nous montons à notre tour. Comme d’habitude, il y a un salon bédouin et notre guide se détend. Après un long moment, nous repartons, notre guide nous propose de déjeuner à 10h30… nous déclinons. Nous avons continué à travers de superbes décors. Une jeep est tombé en panne devant nous (pauvre couple qui est dedans ils n’en ont pas fini). Nous continuons. Puis nous nous posons pour déjeuner vers 12h à l’arche non loin du Djebel Khazali. Le déjeuner est encore plus mauvais que la veille. Nous indiquons au guide que nous souhaitons que la voiture nous récupère. Evidemment, il ne comprend rien donc nous reprenons la marche et la voiture nous récupère quasiment à l’entrée du désert. Salem est venu, nous prions avec Yoann qu’il ne nous propose pas un thé chez lui. Ouf, il nous ramène à la voiture. Je lui donne notre dû et rien de plus. Il n’a pas l’air content… tant pis. Bref, vous l’aurez compris, le lieu est magique, majestueux mais notre expérience a été entachée par ces guides plus nuls les uns que les autres. Nous quittons Wadi Rum vers 14h.

 

 

 

 

C’est parti pour 3h30 de route. Nous nous faisons une petite frayeur essence, on attend avec impatience de trouver une pompe à essence, nous avons le plaisir d’être servis par un africain qui très honnête nous sert les 10JD demandés. Après un trajet un peu long mais sans encombres nous arrivons à Madaba complètement poisseux. Nous sommes retournés au Black Iris avec son patron super gentil. Nous reprenons la même chambre. Nous nous faisons une bonne session décrassage + Rangement de valise. Nous avons une longue discussion avec le gérant de l’hôtel, nous lui racontons nos vacances, il nous raconte ses anecdotes, nous donnent son avis sur nos aventures. Très sympa. Nous étions affamés et il nous conseille un barbecue. Nous y allons, nous sommes servis d’un poulet quasi entier chacun, délicieux avec des épices, bien grillé avec du pain à la tomate + des légumes grillés. Trop bon ! Le tout pour 4,5JD.  Nous revenons à l’hôtel et rediscutons avec le gérant. Il est vraiment sympa.

 

12 septembre : Retour

Lever 8h, nous allons au petit déjeuner qui est bien meilleur que les autres fois, il y a plus de mondes donc d’autres moyens sont déployés. Nous plions nos affaires. Nous payons notre dette à l’hôtel et c’est parti pour l’aéroport.  Nous trouvons le car rental, le mec est très peu aimable, il inspecte la voiture dans tous les sens puis d’un geste de la main, il me fait signe que je peux me barrer. Yoann est parti se renseigner sur le terminal. Tous nos bagages sont scannés à un premier check point, je me fais peloter par une nana voilée. Nous faisons la queue à l’enregistrement puis à l’immigration. Enfin au duty free, nous trainons, nous revassons, nous achetons dattes, gateaux arabes, chech… Nous sortons du duty free à 11h35 alors que notre vol est à midi. Sur l’écran de contrôle , il est écrit last call. Oulala ! Panique à bord. Nous avons un nouveau barrage à passer, il y a la queue. C’est l’angoisse jusqu’à ce que nous réussissions à embarquer…

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir