FacebookTwitterGoogle Bookmarks

2007 - Sénégal, 17 février au 3 Mars

16/17 février: Arrivée à Dakar, posés chez Lamine

 

Arrivée à Dakar le 17 février à 4h du matin au lieu de 2h. Lamine le cousin de Makhtar est venu nous chercher et nous a gentiment reçus. Nous avons passé la journée du samedi chez lui. A noter que nous avons dégusté un délicieux Thieboudiène ! Ah la gastronomie sénégalaise… un vrai régal.

 

18 février: Gare routière de Dakar  direction Joal – Fadiouth

 

Lamine nous dépose à la gare routière de Dakar, qui s’apparente plus à une grande casse auto pour nos petits yeux d’européens que vraiment un terminal routier. Nous sommes très vite pris en charge par des rabatteurs qui nous emmènent à notre arrêt et qui s’empressent de nous demander leurs dus. Ce moment est assez oppressant, car nous sommes les premiers à monter dans ce taxi brousse 7 places et nous ne sommes pas vraiment surs que nous sommes dans le bon véhicule… Nous sommes rassurés lorsqu’un homme monte dans la voiture en demandant la même ville que nous et lorsque nous constatons également que les locaux étaient autant sollicités que nous par les divers marchands ambulants… Nous faisons le trajet bien tassé et arrivons à la gare routière de Joal. Nous ressentons la même oppression qu’à Dakar, à croire que c’est un leit motiv des gares routières : les hommes essaient de nous arnaquer en nous proposant un taxi aussi cher que pour faire Dakar – Joal et lorsque nous déclinons ils nous disent qu’il va nous arriver malheur… Sympa dis donc… Nous continuons à pied  et croisons un homme dans une station service et lui demandons notre chemin, celui ci nous demande si nous voulons nous joindre à lui pour déjeuner… Trop sympa… Nous déclinons et il nous trouve un faux taxi à un tarif raisonnable qui nous emmène au Relais 114. Finalement les méchants sont aux gares routières et en dehors règne un climat très paisible… J Nous arrivons au relais 114, et déjeunons là bas, nous faisons la rencontre de Yacine qui sera notre guide durant cette épopée sénégalaise… Yacine nous reçoit chez lui et nous nous rendons avec son beau frère au baobab sacré dans la charrette brousse…

 

 

Nous traversons la pampa faite de mangroves et de chemins sablonneux, ça secoue. Arrivés au baobab, nous ne pouvons même pas l’immortaliser tant il est assailli de vendeurs en tout genre… franchement pas top. Seul le trajet valait vraiment le coup. Nous sommes déposés au cimetière de Fadiouth, mélange catholique/musulman avec unevue sur les greniers à mil. C’est très beau, nous nous rendons sur l’île de Fadiouth, l’île coquillage.

 

 

Nous visitons l’île et allons boire un verre avec Yacine et Pierre Bernard. Nous rentrons à Joal avec la nuit, puis nous allons chez des amis de Yacine qui accepte de me tresser. « Dieuredieuf » !!!

 

 

19 février: Djiffer, les îles du Siné Saloum

Nous prenons la route direction Djiffer, avec notre chauffeur qui nous a fait vivre un moment magique : quand les clefs de la voiture sont sortis du contact alors que la voiture continuait à rouler…  Nous avons roulé au milieu de nulle part via des chemins qui n’en étaient pas…

 

 


 

Nous avons passé une partie de la journée sur la plage de Djiffer.  Nous traversons ce village haut en couleur et en odeur… Arrivés aux pirogues,  nous vivons un moment atypique. Nous embarquons, la pirogue est pleine (15-20personnes). Les hommes sont obligés de redescendre pour pousser : Assilié !!! Hé !!! Aimoduc !!!

 

 

Nous traversons la mer (vue sur la pointe de Sangomar) et arrivons à Niodor, dans les îles du Saloum. Nous sommes hébergés chez une famille et installons notre tente sous un arbre. Nous partons nous balader vers les mangroves, c’est magnifique. L’endroit est très calme, nous restons un moment à discuter avec Yacine. Nous immortalisons un magnifique baobab et assistons à un magnifique coucher de soleil.

 

 

Puis la nuit tombant, nous sommes partis voir de la lutte sénégalaise, moment inoubliable qui restera gravé à jamais dans nos mémoires. Nous rentrons diner chez la famille du couscous au mil.

 

20 février: Les îles du Siné Saloum suite…

Réveil chez la famille où nous avons été accueillis. Nous sortons de la tente et retrouvons les enfants : trop choupettes.

 

 

Puis nous partons en pirogue nous balader dans les îles du Saloum. Arrêt à Falia, traversée du village puis nous récupérons une petite pirogue (à rames) qui nous permet de traverser des bolongs étroits. Nous avons vu un singe et plusieurs oiseaux, nous sommes retournés à notre pirogue principale direction Dionewar. Arrivés sur une plage magnifique, nous déposons nos bagages dans la maison où nous allions passer la nuit. Direction chez Mady, petite hutte devant la plage où nous avons rencontré des baïfalls : Mady, Abdulaye. Nous avons également rencontré Lamine. Au programme, déjeuner,  chant, djembé et danse. Moment inoubliable. Nous préparons le poisson que nous avons grillé avec une sauce aux oignons crus, moutarde, sel, poivre, vinaigre, knor et citrons. Délicieux.

 


Après le repas, nous avons joué du djembé, les baïfalls ont chanté : « Bismila, Yallah… Amdoulila…  Como tuba… yallah como…como sufsi… », nous avons bu du thé…

 

 

Nous avons vraiment passé un super moment. Puis nous sommes rentrés diner et nous avons dormi à même le carrelage… Très mauvaise nuit.

 

21 février: Palmarin, le Yokam

 

Petite discussion avec Yacine, nous décidons du reste de notre périple : nous sommes retournés chez MADY : Attaya (thé), lecture. Nous prenons la pirogue de l’hôtel de Dionewar (le mec de la pirogue était un gros raciste et nous demandait un prix scandaleux par rapport au prix des locaux…). Nous retournons à Djiffer et prenons un taxi brousse pour Palmarin. Nous arrivons au Yokam et avons un petit bungalow sympatoche…avec en plus un lit ! Quel luxe J.

 

 

Nous passons l’après midi à la plage et allons marcher dans le village de Ngoumane. Nous sommes ensuite partis nous balader dans la brousse. « Africa… Africa ah ah » d’Ismael Lo dans la tête. Yacine nous a fait gouté les fruits de l’arbre à pain : pas top. Nous sommes ensuite retournés à la plage pour voir le coucher de soleil (c’était un peu couvert). Diner à l’hôtel : pastel, poissons + bananes. Balade au bord de la mer sous un ciel étoilé.

 

22 février: Palmarin et retour à Joal

 

Réveil à Palmarin, nous sommes partis nous balader du côté opposé de la veille. Nous sommes également passé dans le village de Diakhanor. Nous avons fait une grande balade. Nous retournons au Yokam où les personnes de l’hôtel nous ont gentiment invité pour un thiéboudiene délicieux. Des français membres de l’association « Cœur d’Afrique » nous prennent dans leur pick up et acceptent de nous déposer à Samba Dia. Nous étions 11 dans le pick up et nous voyagions sur le pont… J A Sambia Dia, nous prenons un taxi brousse pour Joal qui prend un raccourci dont seuls les sénégalais ont le secret, notre chemin croise celui d’un vautour… Nous allons nous balader dans  le port de Joal, très typique avec ces charrettes qui allaient à l’encontre des pirogues en pleine mer. Nous dinons dans un petit resto un poulet épicé délicieux. Nous passons un long moment chez Yacine qui nous parle de sa Cécile…

 

 

Nous avons essayé des tenues typiques. Plus tard, nous allons à un meeting en faveur d’Abdulaye Wade, et oui nous étions en pleines élections présidentielles, les meetings politiques sont bien loin de ceux que nous voyons en France. Au programme danse africaine, très sympa.

 

 

23 février: Mbour et son marché artisanal

 

Matinée tranquille chez Yass, sa famille nous invite à dejeuner un bon Mafé. Ah la Teranga sénégalaise. Nous quittons Joal pour Mbour en taxi brousse, évidemment !

Arrivée à Mbour, nous sommes allés au marché artisanal : une énorme négo de quasi une après midi commence… Achat de deux chaises et troc du Tshirt de Yoann contre les statuettes des 7 jours en ébène. Nous étions assez contents. Puis nous allons chez Yass dans sa famille. Une petite partie de foot s’improvise, Yoann se fond dans la masse, un vrai petit black… Puis nous dinons dans un petit resto.

 

 

24 février: Dakar

 

Avant le départ pour Dakar, nous allons à la jolie plage de Mbour et nous arrêtons dans un petit bar sympa. Dégustation de noix de coco, nous faisons la rencontre d’un lutteur sénégalais, successeur de Bombardier, il est impressionnant. Il ya aussi des vieux blancs avec de jeunes sénégalaises, ça dégoute un peu… Nous faisons un peu de lutte sur la plage, Yass me bat ! Puis il nous accompagne à la gare routière, et Yoann et moi partons pour Dakar. Nous sommes déposés dans un croisement au milieu de nulle part, enfin au milieu des voitures !

 

 

Nous sommes en plus bien bien chargés avec les chaises… Après quelques explications, Laetitia et Makhtar passent nous chercher. Nous partons dans l’appartement que Makhtar avait loué pour nous et allons ensuite chez Makhtar. Nous allons au marché de Sandaga.  Retour à l’appartement, nous prenons une bonne douche. Nous allons diner chez la sœur de Makhtar Adam et dodo…

 

 

25 février: Dakar au calme…

 

Estelle et Philippe sont arrivés. Nous sommes allés au marché Castor pour acheter du tissu mais presque toutes les boutiques étaient fermées à cause des élections présidentielles. Du coup, nous sommes allés à la plage sur une petite crique, nous apercevons au loin l’île de Gorée. Nous déjeunons avec un chawarma et une petite glace. Nous retournons à pied vers le marché castor. (2h/3h de marche). Le soir, nous dinons chez la maman de Makhtar : poisson grillé et crudités. Délicieux. Nous mangeons trop bien au Sénégal ! Les hommes sont allés voter et en guise de « a voté », leur auriculaire est passé à l’encre rouge… J

 

 


 

26 février: Dakar et son lac rose…

 

Départ pour le lac rose, endroit magnifique. Balade à  la plage et baignade dans le lac… ça flotte et ça brûle… Le lac est vraiment d’un rose profond. C’est très très beau. Nous déjeunons un yassa. Puis nous retournons vers Dakar et allons au marché Castor pour acheter le tissu pour nos tiaya et le boubou  de Narcy. Yacine nous a rejoint.

 

 

27 février: Dakar et l’île de Gorée…

 

Dédicace à l’association Jade et à cette magnifique chorégraphie de Maria sur Gorée… Nous visitons la maison des esclaves et nous baladons sur l’île. C’est très touristique. Nous avons également découvert un nouvel instrument : Kasseing Kasseing… Nous retournons à Castor et allons chez le bijoutier pour chercher des grains de café mais nous sommes bredouilles… Yoann et Yacine sont allés chez la famille d’Oumar le soir…

 

 


 

28 février: Dakar et l’île de Ngor…

 

Les parents de Yoann sont arrivés et nous sommes allés sur l’île de Ngor, c’est très beau. Nous sommes rentrés sur Dakar pour aller au marché de Sandaga (tissu) et au marché Kermel (bois).

 

 

1er/2 mars: Le parc national de Djouj…

 

Départ en bétaillère pour Djouj en passant par Saint Louis.

 

 

Le lendemain de notre arrivée, nous visitons le parc, nous flottons, voguons à travers le parc, petit paradis naturel pour des milliers d’oiseaux migrateurs… Nous croisons beaucoup de pélicans qui nous ont fait leur danse.

 

 

Le parc national de Djouj est la 3ème réserve ornithologique du pays, que dis je du monde !!! Nous avons également croisé un varan, un phacochère, comme quoi il n’ya pas que des oiseaux… Nous rentrons tranquillement vers Dakar.

Nous avons passé un très bon moment en famille et remercions sincèrement Makhtar et sa famille pour leur accueil durant cette deuxième semaine. DIEUREDEUF !

 

3 mars: Retour sur Paris avec une « petite » escale à Lisbonne…

 

Nous partons en retard de Dakar en pleine nuit… et ratons notre corrrespondance à Lisbonne… nous avions notre vol pour Paris 8h plus tard… Nous décidons donc d’aller voir mon cousin Domingos à Lisbonne… Nous subissons un peu cette journée imposée… et sommes pressés de rentrer sur Paris. Nous passons tout de même un bon moment avec mon cousin qui s’occupe bien de nous…

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir